A quoi sert un PEL aujourd’hui ?

Dans un environnement où le sans-risque ne rapporte presque plus rien beaucoup d’épargnants doivent se poser la question de comment optimiser leurs liquidités, et dans quelle mesure.

Le Plan d’Epargne Logement (PEL) était initialement destiné à favoriser l’accès à la propriété via la possibilité d’emprunter à des taux avantageux mais, il a toujours été utilisé majoritairement comme un produit d’épargne.

Largement plébiscité, 15 millions de ménages français en possèdent un aujourd’hui dans leur patrimoine, et maltraité par un environnement économique facétieux, il est temps de se poser la question de l’utilité du PEL aujourd’hui.

Une « opportunité » immobilière

Le graphe ci-après montre l’évolution du taux d’emprunt immobilier à 20 ans comparée à celle du taux du prêt PEL.

Comme on peut le constater, depuis 2010, demander un prêt une fois son PEL arrivé au terme des dix ans n’est plus intéressant. La baisse continue des taux d’emprunts immobiliers a systématiquement été plus accentuée que celle des taux de prêts « PEL », même si ceux-là ont également baissé (-47.6 % sur 8 ans !).

 

En revanche, rien ne permet de garantir que l’environnement de taux bas que l’on connaît va s’étendre indéfiniment puisqu’il dépend de l’évolution des taux de la Banque Centrale Européenne. Il est utile de noter ici que l’inflation en janvier 2017 dans la zone Euro a été de 1.8 %, très proche de l’objectif de 2 % fixé par l’institution de Francfort. Une fois le niveau d’inflation correct atteint, la BCE n’aura plus d’intérêt à garder ses taux bas.

Si les taux d’emprunts immobiliers remontent, et que le taux du prêt « PEL » reste à 2.2 %, il pourrait redevenir avantageux d’emprunter en partie via ce placement d’épargne.

 

Même si cette réflexion sur l’emprunt via l’épargne PEL est intéressante et d’actualité, il n’en reste pas moins vrai que ce produit d’épargne a toujours été utilisé comme un produit de capitalisation avant tout.

Le PEL ou la récompense de l’âge

Le graphe ci-après montre l’évolution du rendement offert par un PEL suivant sa date d’ouverture.

Il est passé de 6.3% pour un plan d’épargne ouvert entre juin 1983 et juillet 1984, à 1% pour un PEL ouvert depuis le 1er août 2016. Une baisse de 84% !

Le point positif de ce placement est que son rendement ne bougera pas une fois ouvert contrairement à celui du livret A par exemple. En effet, le livret A offre aujourd’hui 0.75 % quelle que soit son ancienneté.

En conséquence, et vu les rendements offerts aujourd’hui par l’épargne sans-risque et liquide, les détenteurs de vieux PEL ont sans doute intérêt à ne pas s’en séparer. Exception faite de la fiscalité puisque, si votre PEL a plus de douze ans, les intérêts générés sont imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

Aujourd’hui, le PEL est un placement intermédiaire entre les livrets bancaires au rendement presque inexistant, et l’assurance-vie ou le plan d’épargne en actions (PEA) permettant une meilleure rémunération de son épargne mais sans avoir un capital intégralement garanti. Cela signifie que ce placement est un vase communicant entre l’épargne liquide dont on a pas besoin sur le court terme (un PEL nécessite une période de blocage de deux ans) et le capital que l’on souhaite faire réellement fructifier à moyen/long terme.

Une seule question semble être à l’ordre du jour :

Si j’optimise mon épargne PEL, quel placement m’offrira un meilleur rendement et pour quelle prise de risque supplémentaire ?

Pour y répondre, il ne faut pas hésiter à sonder les différentes opportunités avec un professionnel.

Mathias François-Dourthe, Auteur de l’article

Contacter l'auteur de l'article - Mathias françois-Dourthe

CTA

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2017 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?