Le Brexit inquiète les grandes banques américaines

La date du jeudi 23 juin est sur toutes les lèvres concernant la décision des britanniques à l’issue du référendum de maintenir ou non leur pays dans l’union européenne.

Si les opposants au Brexit (Britain Exit) restent assez inquiets quant à l’avenir de leur pays si le « oui » l’emportait, les banques étrangères le sont également.  En effet, les banques américaines en particulier semblent craindre le pire.

Brexit : Les conséquences redoutées

Les banques américaines restent très perplexes sur les avantages que pourrait procurer la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Ce Brexit risquerait de compliquer les affaires de ces banques dans l’Union Européenne, un marché qui compte 500 millions de personnes. La City serait également susceptible de perdre une large partie de ses activités de marché en euro.

En effet, les activités sur les marchés financiers seraient principalement affectées dans un scenario de Brexit. Le courtage des produits financiers européens est régulé par l’EU ce qui signifie que la sortie hors de l’UE entrainerait l’impossibilité des banques américaines à continuer à faire leurs affaires au sein de l’UE.

Il faut savoir que les cinq grandes banques américaines emploient plus de 40 000 personnes à Londres. D’ailleurs, ces institutions comptent plus d’employés à Londres que dans le reste de l’Europe.

Si l’on reste sur les chiffres, Goldman Sachs, qui emploie près de 16 000 personnes au Royaume-Uni, serait une des grandes perdantes en cas de sortie hors de l’UE. Entre suppression de postes et transferts d’employés, ce sont près de 5 000 postes qui seront susceptibles d’être affectés selon Jamie Dimon, PDG de JP Morgan.

Idem pour les banques Goldman Sachs et Morgan Stanley qui comptent transférer respectivement 1 600 et 1000 employés vers l’Union Européenne.

Une telle réorganisation entraine forcement des coûts et donc une baisse des revenus. Les banques américaines ont déjà prévu un recul de leur bénéfice pour 2017 avec une baisse de 9% pour Morgan Stanley et de 7% pour Goldman Sachs.

En plus du chamboulement interne des banques, il s’agira surtout de trouver de nouveaux locaux et d’obtenir les licences requises pour les nouvelles entités.

Les autres raisons du soutien au Bremain

La banque JP Morgan Chase & Co, qui reste une des plus influentes banques au monde, a décidé de se lancer depuis le début de l’année dans une campagne de financement contre la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

Elle a en, effet, financé la campagne « Britain Stronger in Europe » lancée par l’ancien patron de Marks and Spencer en vue du référendum du 23 juin prochain. La banque américaine profite du fait que les donations effectuées par les multinationales ne soient pas (encore) prohibées.

Outre les conséquences qui pourraient en découler, l’enjeu d’un Bremain (maintien de la Grande Bretagne) repose sur le fait que la City permet aux banques américaines de profiter des accords passés entre Londres et Bruxelles en bénéficiant de certains avantages. Le fait de ne pas avoir à détenir de licence spécifique par exemple.

De manière générale, les activités seraient fortement perturbées, on pense notamment aux crédits accordés sur les contrats de produits financiers (CDS, produits dérivés, etc..) qui devront être renégociés, selon les dires d’un banquier américain qui s’est confié anonymement.
Les grandes firmes américaines (JPMorgan Chase & Co, Citigroup, Bank of America, Morgan Stanley et Goldman Sachs) ont déjà débuté leur repérages à Amsterdam, Dublin, Francfort et Paris pour trouver des alternatives à Londres, malgré le coût qu’engendrerait un tel transfert. D’ici là, il ne reste plus qu’à attendre vendredi prochain pour le verdict final.

Eric Sabrié, Auteur de l’article

Contacter l'auteur de l'article - Eric Sabrié

CTA investir prudemment sur les marchés financiers

Retrouvez tous nos articles sur l’actualité

http://www.investkeeper.com/blog/actualites/

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2017 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?