Le Brexit affole le marché immobilier britanique

Le vendredi 24 juin est rentré dans l’histoire de la Grande Bretagne puisqu’à l’issu du référendum, les britanniques ont décidé de s’opposer au maintien de leur pays au sein de l’Union Européenne. Les partisans du Brexit l’ont donc remporté à 52%, ce qui risque d’apporter quelques changements à terme et a déjà quelques répercussions sur les marchés financiers et immobiliers.

Le marché immobilier subit le coup

L’inquiétude et l’incertitude autour du Royaume-Uni  ont fait leur apparition, suite à cette décision historique. Cela a commencé par la panique sur les marchés boursiers qui ont vu leurs principaux indices chuter, tels le CAC 40 (qui a perdu 8%), le FTSE 100 (qui est descendu sous la barre 6 000 points) ou encore le DAX (qui a perdu 1 000 points en 3 jours). En outre, la livre sterling a vu sa valeur se déprécier fortement face à l’euro et au dollar (15% environ).

Par ailleurs, un des secteurs qui a subi le coup reste celui de l’immobilier, où les fonds de placement, qui investissent leurs capitaux sur ce support, commencent à connaître un mouvement de panique de la part des apporteurs de fonds.

Les fonds immobiliers britanniques doivent, en effet, faire face à des retraits massifs d’investisseurs inquiets.

On dénombre, depuis le début du mois de juillet, pas moins de six groupes financiers, représentant à eux seuls près de 15 milliards de livres (soit 17 milliards d’euros) d’actifs dans l’immobilier commercial, qui ont décidé de geler les retraits. Pour répondre aux demandes de remboursement des investisseurs, il faut d’abord vendre les biens immobiliers, ce qui demande du temps.

Cette prise de panique fait craindre un retournement sur ce marché qui a connu de belles années par le passé, notamment au sein de la capitale.

L’incertitude règne toujours

La crainte est d’autant plus élevée que les fonds immobiliers sont très peu liquides, puisqu’ils représentent avant tout un investissement sur le long terme.

Si on réunit ensemble les différents impacts actuels du Brexit, à savoir le plongeon de la livre, la fébrilité actuelle des marchés financiers et surtout la perte historique de la notation AAA décidée par l’agence de notation Standard & Poor’s, ce retournement du marché de l’immobilier ne constitue pas une bonne nouvelle pour l’avenir du Royaume-Uni.

Ajouté à cela le désordre politique actuel sachant qu’à ce jour, le successeur de David Cameron, qui a décidé de démissionner après l’annonce du Brexit, reste toujours inconnu. Qui pour assurer la transition du Brexit par la suite?

Par ailleurs, le marché de l’immobilier professionnel n’est pas le seul à connaître des répercussions puisque le marché haut de gamme de Londres voit ses prix grimper fortement. En effet, les prix actuels sont supérieurs à près de 54% des prix au moment de la crise financière de 2008 au sein de la capitale Londonienne.
Actuellement, les négociations entre le Royaume-Uni et l’Europe n’ont pas commencé. L’incertitude régnera tant qu’il n’y aura pas de date fixée et d’avancées sur cette transition.

Le problème de l’immobilier reste toujours d’actualité. Reste à savoir si les retraits massifs vont fléchir ou si la panique dans ce secteur va prendre le dessus.


Auteur : Mejd Gaida

Mentions Légales  - ©2018 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?