Comment calculer sa Pension de Retraite ?

L’Insee relève 15,1 millions de personnes retraitées de droit direct d’au moins un régime français, qu’elles vivent en France ou à l’étranger. L’âge minimum pour faire liquider la pension de vieillesse versée par le régime général est 60 ans pour tous les assurés nés avant le 1er juillet 1951. En fonction de l’année de naissance, il tend désormais à 62 ans. Il est de 62 ans pour les personnes nées à compter de 1955.

La pension de base des retraités

Les personnes retraitées (près de 12 millions) sont en grande majorité reliées au régime général des salariés du privé qui est géré par la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse). Le montant de la retraite de base de chaque retraité est calculé selon le salaire annuel moyen, dans la limite du plafond de la Sécurité Sociale (3 170 € mensuels au 01/01/2015), le taux (maximum 50%, avant éventuelle minoration) et la durée d’assurance au régime général (en trimestres).

Le calcul est donc le suivant : salaire annuel moyen X taux X durée d’assurance au régime général / durée d’assurance maximum requise (166 trimestres si vous êtes né à compter de 1955).

Hors cas de surcote, la pension de base des retraités est au maximum de 50% du plafond de la Sécurité Sociale, soit 1 585 € bruts par mois.

A noter que si vous n’avez pas cotisé le nombre de trimestres requis, vous pourrez tout de même prendre votre retraite à compter de votre 62ème anniversaire, si vous êtes né à compter de 1955. Cependant, votre retraite sera minorée.

Si vous ne souhaitez pas voir votre retraite être minorée, vous devrez attendre d’avoir 67 ans, même si vous ne disposez pas des trimestres requis à cet âge.

La retraite complémentaire

Tout salarié ou travailleur non salarié est soumis à des cotisations de retraite complémentaire, ce qui permet de bénéficier d’une pension complémentaire lors du départ à la retraite. Dès que vous cotisez en tant que salarié au régime général de la sécurité sociale, vous êtes affilié auprès d’un régime complémentaire de retraite (ou de deux si vous cotisez comme cadre ou assimilé).

Cette retraite complémentaire vient s’ajouter à la retraite de base versée par la Sécurité Sociale. À savoir que les salariés cadres et non cadres cotisent des droits à pension de retraite à l’ARRCO (Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés). Les salariés-cadres ou assimilés cotisent aussi auprès de l’AGIRC (Association générale des institutions de retraite des cadres).

Contrairement au régime de base qui fonctionne en trimestres, les régimes de retraite complémentaire sont des systèmes de retraite par points. Vos cotisations sont converties en points de retraite. Lorsque vous liquidez votre retraite, votre nombre de points de retraite est multiplié par la valeur du point de sorte de déterminer le montant de votre retraite complémentaire. Ce montant sera amputé d’un coefficient minorateur si vous n’avez pas cotisé le nombre de trimestres requis et que vous avez moins de 67 ans au moment de la liquidation.

Ainsi, au 01/04/2015, la valeur du point AGIRC était de 0,4352 € par an. Ceci signifie que si vous avez 100 000 points AGIRC, ces 100 000 points vous donnent droit à une retraite de 43 520 € bruts par an (avant décote ou surcote éventuelle.)

A noter que si vous êtes cadre supérieur, c’est-à-dire si votre rémunération annuelle excédait 152 160 €  en 2015, vous cotisez à l’ « AGIRC tranche C ». Votre retraite de cadre supérieur ne pourra pas être liquidée avant votre 67ème anniversaire sans minoration.

Portée de l’accord du 16 octobre 2015 sur les retraites complémentaires ARCCO et ARGIC

Le patronat et trois syndicats ont annoncé un accord le 16 octobre 2015 pour tenter de rétablir l’équilibre financier systèmes de retraites complémentaires des salariés. Cet accord prévoit qu’à compter de 2019, les salariés disposant à l’âge de 62 ans du nombre de trimestre requis pour bénéficier d’une retraite à taux plein, devront attendre d’avoir 63 ans pour en profiter sans minoration. S’ils souhaitent tout de même liquider leur retraite complémentaire à 62 ans, ils subiront une décote de 10% les deux ou trois premières années de leur retraite.

L’âge de 67 ans resterait l’âge de référence pour ne pas subir de minoration.  

Comment connaître votre nombre de trimestres de cotisation et votre nombre de points de retraite ?

New Call-to-action

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2017 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?