Conseiller indépendant ou banquier privé, faites le bon choix

La question de savoir si on peut remplacer son banquier par un conseiller indépendant ne se pose pas. En effet, on est obligé d’avoir un banquier, les paiements en espèces étant interdits dès lors que la somme à régler excède 1 000 €.

Alors que faire, lorsque l’on est frustré de la relation avec notre banquier ?

Une solution est d’utiliser les banques en ligne dont on n’a rien à attendre en matière de relation client. Une autre possibilité est de recruter un Conseiller indépendant à côté de son banquier ou de sa banque en ligne.

Comment les banques s’organisent-elles pour nous servir ?

Les banques emploient d’excellents professionnels du marketing. Ces derniers ont mis au point des logiciels qui scrutent nos habitudes de  consommation, nos dépenses de carte bleue et nous envoient des offres jugées adaptées à notre profil de consommation. Ils ont aussi mis en place des procédures de segmentation de la clientèle, généralement en fonction de critères quantitatifs, comme le montant des actifs gérés, par exemple.

La règle de segmentation la plus fréquemment utilisée est la suivante :

  • Banque de détail si nos avoirs financiers n’excèdent pas 100 à 200 000 €,
  • Gestion de patrimoine si nos avoirs financiers n’excèdent pas 500 à 1 000 000 €,
  • Gestion privée si nos avoirs financiers n’excèdent pas 1 à 1,5 M€,
  • Gestion de fortune ou Family Office au-delà.

Plus notre surface financière s’éloignera du profil « banque de détail », plus la moquettes des bureaux où nous serons reçus sera épaisse, plus nos interlocuteurs seront compétents, plus l’offre de produits et services sera large. Ces services sont bien évidemment facturés et les banquiers confient facilement que la gestion privée est leur activité la plus rentable !

Mais tout le monde se sent-il réellement  à l’aise avec cette segmentation ?

Prenons quelques exemples :

  • Le fonds de garantie des dépôts et de résolution (FGDR) garantit les dépôts bancaires à hauteur de 100 000 € par personne et je décide de placer 1,5 M€ dans 15 établissements différents. J’ai clairement un profil gestion privée, voire gestion de fortune, mais mes banques vont-elles me traiter ainsi ?
  • J’ai 30 ans, j’ai fait de brillantes études supérieures, je souhaite mettre en place une stratégie patrimoniale intelligente. Vais-je devoir attendre d’avoir accumulé 200 000 € pour me voir accorder le droit de me faire proposer des produits financiers à la hauteur de mes connaissances et compétences financières ?
  • J’ai 40 ans, j’ai bien réussi mon développement patrimonial et mon chargé de clientèle m’a fait rencontrer un banquier privé. Celui-ci me propose de défaire tout ce que j’ai construit pour acheter des produits gestion privée. Ai-je raison de me sentir frustré ?
  • J’ai résolu le problème de la relation avec mon banquier en devenant client d’une banque en ligne mais ses offres sont hyper standardisées. Ainsi, j’ai besoin d’un prêt immobilier sur 20 ans, avec un différé d’amortissement de 6 mois et l’offre standardisée de ma banque en ligne est très compétitive en termes de taux, mais la durée ne peut être que de 14 ans, il n’est pas possible d’obtenir un différé d’amortissement et un apport de 10% minimum est nécessaire. Comment puis-je obtenir un prêt « sur mesure » à un taux aussi compétitif ?

On le voit bien, la segmentation marketing des banques n’est pas forcément adaptée à une clientèle exigeante et éduquée…

Dans ces conditions, la question d’utiliser les services d’un Conseiller Indépendant à côté de son banquier se pose avec acuité.

Que peut-on attendre d’un Conseiller Indépendant?

Comme un notaire, un avocat ou un expert-comptable, le Conseiller Indépendant est fréquemment profession libérale et n’obéit pas aux consignes d’un directeur commercial et d’un directeur marketing.

De ce fait, il a la possibilité de prendre en compte la réalité de votre situation, les potentialités de votre profil. Il peut vous indiquer des produits sur mesure, « à la carte » et à architecture ouverte. Si vous êtes un jeune cadre en pleine constitution de patrimoine, il peut vous orienter vers des solutions gestion privée, alors que vous n’en avez pas la surface financière selon les critères de segmentation des banques. Il peut donc vous proposer une offre qui sera toujours d’actualité lorsque vous aurez la surface financière pour entrer en gestion privée, selon les critères de segmentation des banques.

Pour reprendre les exemples précédents, il peut  vous proposer de placer votre 1,5 M€ auprès de 15 banques différentes. S’il est courtier en crédit, il pourra lancer un appel d’offre auprès des banques, pour que vous soit proposé le prêt « sur-mesure » dont vous avez besoin, mais au taux compétitif des banques en ligne !

Que devient notre argent si nous l’investissons par l’intermédiaire d’un Conseiller indépendant ?

Un Conseiller Indépendant n’est pas gérant d’actifs. Il n’est ni banquier ni assureur ni promoteur immobilier. Si nous investissons par son intermédiaire notre argent ne transitera pas par sa caisse, mais sera directement investi auprès d’une banque, d’une compagnie d’assurance ou dans un bien immobilier. Dans ses conditions, Il n’y a pas de risque supplémentaire par rapport à un investissement réalisé directement auprès de sa banque.

Y-a-t-il un coût supplémentaire à avoir un Conseiller Indépendant à côté de notre banquier ?

Lorsque nous investissons sur un contrat d’assurance-vie, par exemple, auprès de notre banquier, la compagnie d’assurance va nous prélever des frais de souscription et de gestion. Elle rétrocèdera une partie de ces frais à notre banquier. Si nous réalisons le même investissement par l’intermédiaire d’un Conseiller Indépendant, la compagnie d’assurance nous prélèvera les mêmes frais, mais en rétrocèdera une partie non pas à notre banquier, mais à notre Conseiller Indépendant.

Mais s’il perçoit des commissions en lieu et place de notre banquier, le Conseiller est-il vraiment indépendant ? Pouvons-nous lui demander de nous facturer des honoraires et de ne pas percevoir de commissions ? C’est tout à fait possible, même si cela ne diminuera pas le montant des frais payés sur les investissements que nous réaliserons !

Il y a donc un intérêt certain à bénéficier des services d’un Conseiller Indépendant. Mais comment le choisir ?

Pour répondre à cette question, inscrivez-vous à notre webinar !

Eric Sabrié, Auteur de l’article

Contacter l'auteur de l'article - Eric Sabrié

conseiller indépendant ou banquier

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2017 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?