Les différents types de prêts immobiliers

On entend par crédit immobilier toutes les opérations qui concernent l’acquisition d’un immeuble à usage d’habitation ou d’un terrain en vue d’une construction.
Il concerne également les opérations de réparation, d’amélioration et d’entretien d’un immeuble, à condition que le montant du crédit soit supérieur à 75 000 €.

Il existe différents types de crédits immobiliers. Voyons les plus couramment proposés par les établissements bancaires. Il s’agit de proposer ici une revue non exhaustive de leur utilisation.

Le prêt immobilier traditionnel

Il concerne les particuliers qui souhaitent effectuer une opération immobilière, qu’il s’agisse de l’acquisition d’un logement, d’un terrain ou du financement des travaux d’un immeuble.

La durée du prêt immobilier classique est variable mais s’étend généralement de 20 à 35 ans. Dans le principe, aucun montant maximum ne limite l’opération mais celle-ci dépend des ressources de l’emprunteur.

Le prêt à taux zéro (PTZ)

Le PTZ est destiné à ceux qui achètent leur première résidence principale à condition que les ressources de l’acquéreur ne dépassent pas un certain plafond.
Il ne finance qu’une partie de l’acquisition et doit être complété par d’autres prêts et/ou par un apport personnel.

Le PTZ ne peut être accordé que pour l’achat d’un logement neuf. Il est utilisable pour l’acquisition dans l’ancien, uniquement si des travaux significatifs sont à prévoir.

Le montant du PTZ est fixé en appliquant un pourcentage au coût total de l’opération dans la limite d’un plafond, selon 4 zones géographiques définies.

La durée du PTZ  est de 20 à 25 ans et dépend des revenus, de la composition du ménage et de la zone géographique de l’achat.

Le plan épargne logement et compte épargne logement (PEL et CEL)

Le PEL est une épargne bloquée durant une période de 4 années. Au terme de celle-ci, le PEL peut-être clôturé, poursuivi ou permettre d’obtenir un prêt immobilier à un taux privilégié.

Le montant maximum du prêt accordé suite à la mise en place d’un PEL est de 92 000 € sur une période de 2 à 15 ans.

Le CEL permet également d’obtenir un prêt bancaire à un taux privilégié pour l’achat d’un bien immobilier (neuf ou ancien), d’un terrain à construire et/ou la réalisation de travaux d’aménagements.

Pour l’obtention d’un prêt, le CEL doit avoir été ouvert depuis 18 mois au moins et avoir produit un minimum d’intérêts (75 € pour l’acquisition, 37 € pour des travaux de réparation).

Le montant maximum du prêt accordé est de 23 000 € sur une durée de 5 à 15 ans.

PEL et CEL détenus par le même titulaire peuvent être cumulés.

Le prêt conventionné

Il est accordé par un établissement financier qui a passé une convention avec l’Etat. Il est destiné à la construction, l’acquisition d’un logement neuf ou ancien, et à certains travaux d’amélioration, comme ceux liés aux économies d’énergie ou l’adaptation du logement pour faciliter le quotidien d’une personne handicapée. Il concerne uniquement la résidence principale.

Il ne requière pas d’être complété par d’autres prêts, aussi aucun apport personnel n’est exigé.

Il est remboursable avec intérêts sur une période de 5 à 35 ans.

Le prêt d’accession sociale (PAS)

Le PAS a la même finalité que le prêt conventionné mais il est destiné essentiellement aux ménages à revenus très modestes.
Là encore, il est remboursable avec intérêts et peut financer l’ensemble de l’opération.

La durée du PAS est de 5 à 25 ans avec une prolongation possible à 35 ans.

Voici une revue très généraliste des différents types de prêt. Chacun répond à des critères d’acceptation très précis. Nous vous conseillons d’interroger vos établissements bancaires, à même de vous guider selon votre situation et vos objectifs.

Eric Sabrié, Auteur de l’article

Contacter l'auteur de l'article - Eric Sabrié

CTA Investir dans l'immobilier

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2018 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?