Epargne solidaire : Plus d’1 million d’épargnants en 2015

Gérer l’épargne et le crédit pour financer des entreprises et des projets reste essentiel pour soutenir de manière générale l’économie réelle.

Quand certains optent pour la finance spéculative en investissant dans des sociétés à capital risque afin de générer rapidement du profit, d’autres préfèrent opter pour la finance éthique, c’est-à-dire tout simplement privilégier l’humain par rapport au capital. Dans cette finance qui investit principalement dans l’économie sociale et solidaire, on y retrouve l’épargne solidaire, également appelée finance solidaire, qui a attiré plus d’1 millions d’épargnants en 2015.

Comment expliquer alors un tel engouement pour l’épargne solidaire qui rapporterait moins à l’épargnant en termes de rendement que les autres solutions d’investissement ?

 

L’épargne solidaire en bref

L’épargne solidaire regroupe des solutions d’épargnes qui sont utiles socialement mais qui ne procureraient pas une rentabilité immédiate.

Nous savons parfaitement que la partie de l’argent que nous épargnons dans une banque sert à financer l’économie réelle et ce, en contribuant au développement des entreprises et à la réalisation de projets tout en créant des emplois avec, comme contrepartie, un pourcentage de rendement qui nous est accordé.

Grâce à l’épargne solidaire, il s’agira d’orienter cette épargne et donc leur investissement vers des causes auxquelles sont particulièrement engagés les épargnants. On peut notamment citer le fait de réinsérer des personnes en difficulté, de contribuer à la protection de l’environnement ou encore à la solidarité à l’échelle internationale.

Qu’on se le dise, la motivation pour cette solution d’épargne ne se trouve pas dans l’intérêt pécuniaire qu’elle rapporte, loin de là. L’objectif est avant tout de faire en sorte que l’épargne soit utile à la société.

 

Les effets positifs de l’épargne solidaire

Pour justifier d’avantage l’attractivité de ce produit d’épargne, sur l’année 2015 en France, on a enregistré près de 344 000 nouvelles souscriptions selon la publication du 30 mai par le label Finansol et La Croix. En effet, en termes de progression, le montant des encours a évolué de 24% l’année dernière pour un total estimé à 8,46 milliards d’euros.

De plus, il faut noter que, toujours selon les chiffres de Finansol, 1,62 milliards d’euros ont été investis vers des entreprises ou des associations ayant des activités dont l’utilité est sociale ou bien contribuent à l’environnement.

Par ailleurs, il est intéressent de souligner l’apport et les fruits de l’investissement dit « solidaire » dans l’économie. En effet, ce sont 31 000 emplois qui ont pu être créés ou consolidés. Cela a permis également de reloger 4 500 personnes mais aussi de participer au financement de 80 acteurs du développement économique dans les pays du sud, c’est-à-dire les pays sous-développés ou en voie de développement.

Le fait de contribuer au développement et à l’amélioration des conditions de vie de certaines populations sensibilisent de plus en plus d’épargnants qui sont prêts à privilégier l’utilité sociale au détriment du rendement.

Il faut savoir également cette épargne solidaire bénéficie, soit sous forme de dons qui sont directement reversés aux associations et entreprises du secteur de la solidarité, soit sous forme de financements reversés à ces mêmes acteurs.
Concernant les produits d’épargne offrant un support d’investissement solidaire, le plus connu reste le LDD, livré règlementé proposé par les acteurs bancaires, mais on peut citer également le PERCO (plan d’épargne retraite collectif).

En effet, depuis la Loi Fabius de février 2001, il est imposé aux entreprises, qui ont mis en place un PERCO, de proposer un fonds solidaire dans une sélection de fonds.
Les PEE (plans épargne entreprise) permettent également depuis 2008 d’investir dans ce support.

 

Si l’épargne solidaire a connu une progression sur l’année 2015 en termes d’encours sous gestion et du nombre de souscripteurs, ce financement ne représente pour l’instant que 0,19% du patrimoine financier des français sachant que Finansol, le principal label indépendant de la finance solidaire, espère atteindre la barre des 1% dans 10 ans.

Maintenant, l’idée essentielle pour l’épargne solidaire représente donc pour les épargnants de « donner du sens à l’argent qu’ils investissent ».

Eric Sabrié, Auteur de l’article

Contacter l'auteur de l'article - Eric Sabrié

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2018 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?