Fonds en euros, les perspectives futures

Quelques changements majeurs concernant les fonds en euros

Avant de rentrer dans le vif du sujet et d’évoquer ce dont nous rapporterons les fonds en euros pour les années à venir, il est important de rappeler deux faits majeurs, qui se sont déroulés récemment et qui auront un impact sur le rendement de ces fonds.

Tout d’abord, à la surprise générale, le 5 décembre 2015, la Banque Centrale Européenne (BCE) adoptait une série de mesures pour relancer l’inflation en Europe et l’activité par conséquent. La première mesure annoncée par la BCE est la baisse de son principal taux directeur de 0,05 % à 0 %. En d’autres termes, plus d’intérêts à payer pour un emprunt.
De plus, elle décidait également de réduire son taux de dépôt à -0,30 %. La mise en place d’un taux négatif a surtout comme objectif de décourager les investisseurs à placer leurs fonds sur des placements sans risque libellés en euros. Ce qui fait baisser le cours de la devise. Le fait de tirer l’euro vers le bas face à une devise étrangère doit permettre de relancer l’inflation.

Par ailleurs, le rendement annuel des OAT (Obligations Assimilables du Trésor français) a encore diminué selon l’Agence France Trésor. En effet, au début du mois de février 2016, le taux d’émission des emprunts d’Etats français à 10 ans était évalué à 0.69%, ce qui constitue une diminution non négligeable comparée aux 2.22% en 2014. Ainsi, l’OAT perd encore en attractivité comme placement sans risque.

Les fonds en Euros en bref

Les fonds en Euros constituent des supports d’investissement proposés par les compagnies d’assurance dans des contrats d’assurances-vie. Au sein d’un fonds en euro, l’épargne est investie en emprunts d’Etats ou obligations. Le capital est garanti et le seul risque pour le client serait la défaillance de la compagnie, accompagnée d’une vente à perte du portefeuille géré.

Ces placements ont l’avantage de proposer des rendements supérieurs à ceux des livrets bancaires standards et la fiscalité de l’assurance-vie est très avantageuse pour les souscripteurs et les bénéficiaires.

Entre termes de chiffres, les fonds en euros rapportaient en moyenne 2.3%  (taux nets des frais de gestion) sur l’année 2015. Sur cette même année, le rendement observé le plus élevé était de 4% sachant que seuls 23 fonds en euros ont servi à leurs clients un rendement supérieur à 3%.

Perspectives à venir

La particularité de placer ses liquidités dans le fonds en euros d’un contrat d’assurance-vie est de bénéficier de la garantie du capital investi et engagé. Cette garantie s’explique, comme nous l’avons expliqué, par le fait que ces fonds sont essentiellement investis en obligations, plus précisément des emprunts d’états, qui restent des actifs dits sans risque.

Néanmoins, leur rendement des fonds en euros dépend fortement de ces placements sans risque sachant que ceux-ci ont fortement subi le coup récemment (cf : quelques changements majeurs).

De plus, la tendance des taux d’intérêts, au vu de la politique monétaire actuelle de la BCE, ne permet pas d’être optimiste sur une remontée des taux à moyen terme.

Les fonds euro immobilier, une alternative crédible ?

Investir dans l’immobilier professionnel peut-il représenter une solution pour échapper à la volatilité des marchés ?

La première information essentielle à savoir est que le marché de l’immobilier ne dépend aucunement  de l’évolution des actifs financiers. Quel que soit l’évènement qui viendra perturber les marchés financiers, il n’aura pas d’impacts sur l’immobilier. En d’autres termes, ni la politique monétaire des banques centrales, ni l’évolution du remboursement de la dette souveraine ou encore des marchés financiers ne viendront affecter la valeur d’un immeuble.

De plus, le marché immobilier ne constitue, certes, pas un placement sans risque mais a, au vu des éléments cités précédemment, l’avantage de diminuer le risque global d’un portefeuille.

Pourquoi l’immobilier

On distingue deux types d’immobiliers : résidentiel et d’entreprise. Le premier propose des rendements faibles tandis que le second est réputé pour livrer des rendements élevés.

Les biens immobiliers ont l’avantage de proposer des revenus stables mais prévisibles dans le mesure où ces actifs sont sécurisés par des baux. En outre, le bail ne peut être revu ou dénoncé avant son terme sachant qu’il peut aller de 6 à 9 ans. Il s’agit donc d’un bon moyen de prévoir les revenus futurs.

L’autre information essentielle à noter est que l’immobilier propose des rendements entre 4% à 7% par an pour les biens immobiliers de qualité. Quand on sait que les obligations dites de qualité, c’est-à-dire où le défaut de paiement est quasi nul, ne livrent que 2% par an, on comprend mieux pourquoi les assureurs sont de plus en plus à investir sur de l’immobilier professionnel dans des fonds euros.

De manière générale, l’immobilier constitue un sous-jacent alternatif aux obligations dans le cadre d’une gestion de fonds en euros. Certains assureurs proposent donc aujourd’hui des fonds euros dont le sous-jacent est immobilier et non obligataire.

Eric Sabrié, Auteur de l’article

Contacter l'auteur de l'article - Eric Sabrié

Retrouvez notre page thématique sur :

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2017 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?