Comment gérer son épargne avec une rémunération variable ?

Qu’on soit salarié ou indépendant, le variable peut représenter une quote-part importante de notre rémunération. D’une année sur l’autre, les revenus du foyer peuvent évoluer du simple au double ou à l’inverse diminuer de moitié. La capacité d’épargne varie donc d’une année sur l’autre, ce qui est problématique lorsque l’on souhaite développer son patrimoine par une épargne régulière. Outre les changements de trésorerie, le système fiscal français reporte le règlement de l’impôt sur les revenus N à l’année N+1, ce qui décale les charges. Comment faire pour épargner dans ces conditions sans affecter son train de vie ?

Quantifier son train de vie

Avec une rémunération variable, il va falloir faire un travail de quantification de son niveau de vie, charges comprises, de sorte à définir précisément l’excédent de trésorerie. Cette réflexion peut se faire sur une base annuelle. Par exemple : je dépense 2 000€ par mois pour rembourser ma résidence principale, j’ai un train de vie de 4 000€ par mois, j’ai 10 000€ de dépenses exceptionnelles et je paie 28 000€ d’impôts sur la fourchette basse de ma rémunération. J’ai un train de vie à 100 000€ par an. Je pourrai donc épargner toute la partie de ma rémunération, nette d’impôts, supérieure à 100 000€.

Comment épargner ?

Dès lors que la majeure partie de la rémunération provient d’une entrée de cash, la tentation serait d’épargner uniquement en investissement « one-shot ». Cependant, l’épargne régulière s’avère plus efficace pour traiter certaines thématiques, par exemple : créer du complément de revenus en investissant dans de l’immobilier locatif par emprunt, dans un contexte de taux d’intérêts extrêmement bas. Dans cette situation, la meilleure solution est de prévoir le montant cumulé des flux de trésorerie à venir.

Par exemple, pour un investissement locatif qui demande un effort d’épargne (i.e. mensualités d’emprunt – loyers) de 300€ par mois sur 15 ans, il faudra s’assurer de pouvoir fournir 300 x 12 x 15 = 54 000€ sur cette période. Suivant le niveau de fluctuation de sa rémunération, il faudra prévoir deux, cinq, dix voire quinze ans de réserve liquide dédiée à cet investissement. Vous pouvez vous appuyer sur les revenus perçus ces dernières années pour définir la probabilité d’avoir une rémunération stable à l’avenir, ou au moins essayer de définir un plancher de rémunération. Il est bien entendu utile d’évaluer le potentiel de croissance de votre activité qui en général crée le potentiel de croissance de votre revenu.

Comment gérer l’impôt sur le revenu ?

Une rémunération volatile entraine un changement d’impôts sur le revenu d’une année sur l’autre, voire un changement de tranche marginale d’imposition. Il faut donc prendre en compte l’évolution de l’imposition si les revenus, augmentent, ce qui implique une connaissance du barème d’imposition sur le revenu. Pour rappel, les tranches marginales d’imposition sont les suivantes en 2016 :

  • Revenu net par part fiscale inférieur à 9 700€ : 0%
  • De 9 700€ à 26 791€ : 14%
  • De 26 791€ à 71 826€ : 30%
  • De 71 826€ à 152 108€ : 41%
  • Supérieur à 152 108€ : 45%

Prenons le cas d’une personne célibataire ayant un salaire fixe de 100 000€ puis un variable suivant le chiffre d’affaires réalisé. Cette personne a perçu 200 000€ bruts en 2013, 260 000€ bruts en 2014, puis de nouveau 200 000€ bruts en 2015.

En 2013, le revenu net imposable aura été de : 156 000€ (i.e. le revenu nets de charges sociales) – 12 170€ = 143 830€. Sa tranche marginale d’imposition est donc de 41% et l’impôt à payer en 2014 sur les revenus de 2013 aura été d’environ 45 000€.

En 2014, le revenu net imposable aura été de 202 800€ – 12 170€ = 190 630€. Sa tranche marginale d’imposition est donc passée à 45% pour cette année. En 2015, l’impôt à payer sur les revenus de 2014 aura été de 66 000€ environ.

En 2015, le revenu net imposable aura été identique à 2013 c’est-à-dire 143 830€.

Bilan :

  • En 2014, le revenu net d’impôts aura été de : 190 630€ – 45 000€ = 145 630€
  • En 2015, le revenu net d’impôts aura été de : 143 830€ – 66 000€ = 77 830€

Les recettes salariales de la personne après impôts ont donc été diminuées par deux entre 2014 et 2015 alors que le salaire a lui simplement diminué de 30%.

Il est dans ce cas-là nécessaire de créer une provision pour les impôts de sorte à ne pas se retrouver en difficulté financièrement. Cette provision doit se faire en année N sous la forme d’un matelas de liquidités, dans un ordre de grandeur similaire à l’impôt dû en N+1.

Grégoire Charvériat, Auteur de l’article

Contacter l'auteur de l'article - Grégoire Charveriat

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2017 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?