Les FCPI et FIP ont-ils encore un intérêt ?

Réduire sa fiscalité tout en investissant dans l’économie locale ou innovante est tout à fait possible. Pour autant, l’investissement ne doit pas se résumer à l’avantage fiscal procuré. La rentabilité est aussi  un élément essentiel que doit prendre en compte l’investisseur avant d’agir. Et c’est là que le bât blesse, les rendements attendus des FCPI et FIP sont très inégaux. N’étant pas garantis en capital, l’investissement peut être, à terme, source de moins-value.

Pourquoi y investir ?

Depuis 1997, l’Etat a mis en place une fiscalité avantageuse en procurant une réduction d’impôt sur le revenu, voire une exonération des actions non cotées, et une réduction d’ISF pour les investisseurs décidés à acquérir et conserver pour un minimum de 5 ans des actions non cotées de PME européennes. Sous réserve de répondre à des critères spécifiques les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) qui offrent cet avantage fiscal sont les Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI) et les Fonds d’Investissement de Proximité (FIP).

La réduction d’impôt sur le revenu est de 18% du montant investi dans la limite d’un plafond de 12 000€ pour une personne seule et de 24 000€ pour un couple marié. La réduction est sujette au plafonnement des niches fiscales.

Pour les personnes assujetties à l’ISF, l’avantage est double. D’une part, les actions non cotées des fonds éligibles sont exonérées d’ISF ; d’autre part, la souscription en directe de nouvelles parts de FIP et FCPI peut donner droit à une réduction d’ISF à hauteur de 50% des versements effectués en numéraire dans la limite d’un plafond de 18 000€. Toutefois, sachez que si vous avez déjà mis en œuvre des opérations de défiscalisation d’ISF, il existe un plafond global de 45 000€ pour les réductions d’ISF.

Pourquoi s’en méfier ?

Pour obtenir les avantages fiscaux sur l’ISF, le fond doit être constitué d’au moins 70% de PME respectant un certain nombre de règles inscrites dans le droit européen pour être éligible. Le calcul de la réduction d’ISF prend en compte la part des sociétés éligibles au sein du fond d’investissement. Par exemple, si l’investisseur souscrit pour 10 000€ de parts dans un fond FCPI éligible à la réduction d’ISF, mais que la part des sociétés éligibles de ce fond n’est que de 70%. La réduction d’ISF attendue sera de 10 000 * 0.7 *0.5 soit 3 500€. L’investisseur peut choisir de réduire son imposition sur le revenu, soit 1 800€ de réduction d’impôt sur le revenu, mais il ne peut pas cumuler la réduction d’impôt sur le revenu et la réduction d’ISF sur ce même investissement.

De 2007 à 2016, le capital-investissement en France offre un rendement moyen de 8.7%. Sur la même période, les fonds innovations tels que les FCPI et FIP ont connu une progression d’à peine 1.4%. Un certain nombre de ces jeunes entreprises ont un chiffre d’affaires inconstant et une capitalisation trop faible pour participer de manière efficace à la performance des fonds innovations. Dans certains cas, l’impact de jeunes entreprises est même fortement négatif, lorsque leurs projets n’aboutissent pas ce qui explique les différences de rendements entre les fonds innovations et les autres capital-investissement. De plus, un tel placement ne garantit ni le capital, ni une plus-value à terme.  Toute la question est de savoir si le risque pris en vaux-t-il vraiment la chandelle ?

Performance nette du capital-investissement par millésime

Performance nette du capital-innovation par millésime

Il ne faut pas oublier que les FCPI et FIP permettent d’investir dans des sociétés innovantes qui par définition sont très volatiles. Rien qu’en 2008, la crise a provoqué un effondrement de près d’un quart des montants investis dans les fonds innovations par rapport à l’année précédente. Le risque est grand, et le retour sur investissement est peut-être insatisfaisant. Alléger le poids de la fiscalité sur son patrimoine est séduisant, mais ne doit pas se faire au détriment de la valeur de vos placements. Toutefois, si vous comptiez investir en direct dans l’économie et défiscaliser par la même occasion, prenez le temps d’en discuter avec l’un de nos conseillers.

Grégoire Charveriat, Auteur de l’article

Contacter l'auteur de l'article - Eric Sabrié

Guide pratique - investir prudemment sur les marchés financiers

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2018 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?