investir à crédit conditions

C’est un fait, les taux d’intérêts bas constitue une aubaine pour ceux qui souhaitent acquérir leur résidence principale ou ceux qui souhaitaient investir via le levier de la dette. Pour les banques, un taux bas signifie une rémunération faible qui doit être compensée par des conditions d’obtention du crédit durci. Investkeeper vous propose d’étudier les différentes conditions, avant de prendre une décision qui vous engagera sur une décennie.

Les conditions communes pour emprunter

Pour pouvoir emprunter, il ne faut pas avoir dépassé son ratio d’endettement. Communément, le taux d’endettement maximal pour un particulier est de 33%. Un taux qui sera calculé en fonction des revenus de l’individu et de ses charges d’emprunt existants. Plus la somme empruntée est importante, plus le ratio d’endettement sera sollicité. Plus le salaire est élevé, plus le ratio d’endettement sera faible. Si le ratio est déjà élevé, deux possibilités sont envisageables. Vous pouvez faire un apport, ce qui permettra de ne pas avoir à emprunter le montant total de l’investissement. Vous pouvez également investir via une Société Civile Immobilière, non seulement, les revenus pris en compte par l’établissement de crédit sont celles de tous les associés de la SCI, mais qui plus est, une SCI peut s’endetter jusqu’à 40% de son ratio d’endettement.

Autres conditions, une certaine stabilité financière est attendue. Pour cela, les banques privilégient des emprunteurs ayant un contrat de travail à durée indéterminée. De même, les conditions de santé de l’emprunteur peuvent empêcher l’octroi d’un prêt, ou en augmenter le coût de l’assurance-emprunteur.

Quoiqu’il en soit, l’octroi d’un crédit reste à la discrétion de l’établissement bancaire. Sauf exception où la personne est inscrite au Fichier national des Incidents de Remboursements des Crédits aux Particuliers. Dans ce cas, la personne doit être prévenue par l’établissement de crédit que sa situation ne lui permet plus d’emprunter. En l’absence de motifs, une demande de crédit peut être renouvelée six mois après un refus, sauf si de nouveaux éléments permettent une réexamination du dossier.

L’assurance-emprunteur

En cas d’octroi d’un prêt, l’assurance-emprunteur est une obligation à la charge de l’emprunteur. Majoritairement, les banques incluent directement une assurance dans leur offre. Une assurance représente entre 10 et 30 % du coût du crédit. Si l’établissement de crédit ne vous impose par défaut une assurance, vous pouvez, depuis la loi Hamon et la loi Bourquin, faire une délégation d’assurance, et ceux sans surcoût. La délégation d’assurance-emprunteur est une opportunité pour baisser le coût du crédit, si votre bilan de santé s’améliore, ou que votre situation professionnelle.

Crédit logement ou hypothèque ?

Une banque n’accorde pas de prêt sans une garantie financière pour se couvrir d’éventuels impayés. Deux options, soit l’objet du prêt est hypothéqué par la banque, soit un cautionneur se porte garant.

Accessible à tous, l’hypothèque permet à l’emprunteur de mettre en garantie l’objet du prêt. Dès lors, si la dette n’est pas honorée, la banque pourra saisir le bien immobilier. Les emprunteurs en garde la propriété, ce qu’il leur permet, en cas de cession du bien ou de flux de trésorerie, de rembourser par anticipation le prêt.

S’il est avantageux d’hypothéquer pour éviter des commissions de cautions. Des frais de notaire sont à prévoir, ainsi que des frais annexes de pénalités en cas de remboursement anticipé et de demande de main levée.

L’option de la caution n’est pas à la portée de tous. En effet, l’établissement qui se porte garant a le droit de refuser un profil jugé sensible. En cas d’obtention d’une caution de prêt immobilier, des commissions de caution de l’ordre de 2% de la valeur du capital emprunté sont à prévoir. Contrairement à l’hypothèque, aucun frais annexes n’est à prévoir à l’exception des pénalités de remboursement anticipé (qui sont de 3 % du capital restant dû, plafonné à six mois d’intérêt au taux moyen du prêt).

Conclusion

Les conditions d’un crédit vont avoir un impact important sur le coût réel de l’emprunt. Alors pensez à prendre contact avec un conseiller qui vous aidera à obtenir un prêt dans les meilleures conditions.

Eric Sabrié

Eric Sabrié, Auteur de l’article

Contacter l'auteur de l'article - Eric Sabrié

CTA Investir dans l'immobilier

Mentions Légales  - ©2018 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?