La Chine : L’Eldorado économique est-il en travaux ?

La Chine est en train de changer de modèle économique. Après de nombreuses années passées à favoriser le commerce extérieur comme pilier de sa croissance, le pays a finalement réalisé que quand ses partenaires sont économiquement en difficulté (les Etats-Unis, la zone euro), il y a un risque systémique croissant.

Le gouvernement de Pékin a donc décidé d’appliquer un revirement de sa politique dont le but avoué est de devenir une puissance économique plus indépendante, basée sur une demande intérieure (et non pas extérieure) plus présente.

Mais ce changement est difficile, le Fonds Monétaire International en prévoit l’impact sur la croissance chinoise même à horizon 2016.

Un exemple de ce qui est en train de se dérouler est l’épisode de dévaluation du Yuan  le 11 août dernier, où la monnaie chinoise a perdu plus de 2% en à peine une heure. La cause de cette perturbation tient tout simplement au fait que la Chine a décidé de « désolidariser » sa monnaie du dollar, et de recentrer la valeur du yuan sur des facteurs économiques internes au pays.

Mais un changement ne vient jamais sans attirer la crainte des spectateurs, et les investisseurs internationaux ont réagi en retirant massivement leurs capitaux du marché chinois. Le Shanghai Composite Index a perdu 41% de sa valeur depuis juin 2015.

L’étape est absolument nécessaire pour accomplir l’indépendance économique souhaitée par Pékin. Cependant, cette fuite des capitaux a forcé la banque centrale chinoise (la Banque de la République Populaire de Chine) à injecter de grosses quantités de dollars dans l’économie, pour soutenir la valeur du Yuan et rassurer tout ce petit monde.

Montant de l’addition uniquement en août 2015 : $ 93.9 milliards !

Mais mettons de côté cet épisode pour constater l’impact macroéconomique du renouveau économique chinois. Le pays n’en finit plus de diminuer le montant qu’il importe avec en août un dixième mois consécutif de baisse  (-13.8%). Sur les huit premiers mois de l’année, la Chine enregistre une baisse de 14.5% de ses importations par rapport à la même période en 2014.

Parallèlement, ses exportations souffrent de la faiblesse économique encore palpable de la zone euro ; elles chutent donc de 5.5% en août.

Il y a tout de même un facteur gênant pour Pékin, celui du montant de dettes contractées en dollars par les entreprises chinoises car elles aussi ont bien profité des taux bas américains. Le graphique suivant montre l’exposition inquiétante du secteur privé chinois (et de la Chine en entier) à la remontée future des taux de la Réserve Fédérale.

Ce qui se passe en Chine est donc normal, les perturbations dans la valeur du Yuan, la volatilité du Shanghai Composite Index et même la baisse de la production industrielle du pays qui est récemment tombée en-deçà des 6% (5.7% en taux mensuel annualisé), après déjà une baisse à 6.1% en août. Il faut garder en tête que le pays est en train de restructurer son économie.

A terme, la Chine devra surtout régler son problème d’exposition à la remontée future des taux américains, prévue pour maintenant début 2016.

Auteur : Mathias François-Dourthe

New Call-to-action

Découvrez notre page thématique sur :

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2017 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?