Les Marchés Actions ont dévissé cet été : pourquoi ?

Les marchés actions ont dévissé cet été. Ainsi, sur les deux semaines allant du 10 au 24 aout, le CAC 40 a cédé près de 16%, le Dow Jones américain de 10%. Pourtant, l’optimisme était de mise en début d’année, où il était question d’alignement favorable des planètes (baisse du prix du pétrôle, baisse de l’Euro, quantitative easing de la Banque Centrale Européenne.) Comment interpréter cette très forte chute ? Est-ce une correction passagère, ou un véritable retournement de tendance ?

Depuis 2009, les marchés ont connu une période tout à fait exceptionnelle

Les Banques Centrales américaine, puis japonaise et européenne ont mis en place des politiques de « quantitative easing. » Ces politiques sont caractérisées par des taux d’intérêt quasiment nuls et des injections massives de liquidités. L’objectif de ces politiques était de stimuler la croissance économique et maintenir l’inflation à un niveau de 2%, permettant aux Etats surendettés de réaliser des réformes.  Quel est leur résultat ?

Graphique 1 : Les taux de croissance de la zone euro et des USA encore faibles

Graphique 2 : L’inflation ne repart décidément pas

Les graphiques ci-dessus montrent une absence de résultats probants. Cette croissance jamais revenue à ses niveaux pré 2008 et cette absence d’inflation sont problématiques. La croissance économique comme l’inflation leur permettent de voir leurs recettes fiscales croître et de faire face notamment à la charge croissante de leur dette. Après six années de politique de taux zéro, la Réserve Fédérale américaine (FED) doit remonter ses taux, afin de retrouver de la marge de manœuvre. En effet, le levier majeur des banques centrales pour stimuler une activité économique qui ralentit est de baisser ses taux d’intérêt. La FED se doit donc de remonter ses taux pour pouvoir les baisser ensuite. Historiquement, la FED a remonté ses taux, lorsque la croissance excédait 3% et l’inflation 2%. On n’en est pas là, surtout pour l’inflation et on peut donc s’interroger sur le fait que la nécessaire remontée des taux américains ne risquerait pas de plonger l’économie mondiale dans une spirale déflationniste.

Pourquoi les marchés ont-ils tant progressé depuis six ans, alors que les fondamentaux économiques restaient médiocres ?

Emprunter de l’argent ne coute quasiment rien depuis 2009. Parallèlement placer à court terme sans risque ne rapporte rien. Beaucoup se sont donc endettés pour acheter des actions et des obligations, faisant ainsi grimper le prix de ces actifs. Certains se sont même endettés pour acheter des actions de sociétés chinoises.  Lorsque le 11 août dernier, les autorités chinoises ont annoncé la fin de l’arrimage systématique du Renminbi au dollar US, entrainant une dévaluation du Renminbi, ceux notamment qui avaient emprunté en Dollars pour placer en Renminbi se sont empressés de déboucler leurs positions, entrainant une chute des marchés.

De la même façon, une remontée des taux d’intérêt américains rendra moins attractives les positions acheteuses financées à crédit, d’où un risque de baisse des marchés.

Les marchés sont décorrélés  des fondamentaux économiques depuis six ans, qu’ils sont dopés aux liquidités injectées par les banques centrales. Que va-t-il se passer lorsque la FED remontera ses taux ? Jusqu’à très récemment, chaque mauvaise nouvelle économique était paradoxalement saluée par une hausse des marchés. Ces derniers assimilaient la mauvaise nouvelle comme un signal de la poursuite de la politique accommodante de la FED.  Le comportement des marchés a changé le 17 septembre dernier, lorsque la Présidente de la FED a indiqué que ses inquiétudes sur l’économie mondiale l’incitaient à maintenir les taux bas en l’état. Une fois n’est pas coutume, les marchés ont baissé suite à cette annonce. La semaine suivante, la Présidente de la FED disait qu’elle remonterait les taux avant la fin de l’année 2015. Les marchés ont alors salué cette annonce par une hausse.

Jusqu’à très récemment, les marchés étaient focalisés sur la politiques des banques centrales et non sur les fondamentaux économiques. Que se passera-t-il, lorsque la réalité économique reviendra sur le devant de la scène ? Une chose est sûre : ce changement de paradigme s’accompagnera d’une forte volatilité.

Auteur : Eric Sabrié

Découvrez notre page thématique sur :

CTA investir prudemment sur les marchés financiers

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2017 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?