gestion-privee

Tous les projets de vie nécessitent une coordination entre situation personnelle, professionnelle et patrimoniale. Il n’est pas évident de gérer les trois, notamment par manque de temps. Le conseiller en gestion privée (CGP) est un pilier pour soulager les problématiques patrimoniales. Et la pertinence de son intervention n’est pas nécessairement réservée aux grandes fortunes…

Pourquoi avoir recours à un conseiller en gestion privée

Les grandes institutions, aussi prestigieuses soient-elles, n’ont pas la même qualité d’écoute et de réflexion qu’un conseiller indépendant. Pourquoi ? Leur avis est biaisé par la perspective de vente d’une gamme de produits : l’analyse effectuée perd en objectivité. Le CGP a lui beaucoup moins de ressources et sa stratégie ne porte non pas sur un flux de solutions génériques récurrentes mais sur des relations de long terme et des réponses personnalisées.

Le but premier du CGP est de mettre en valeur vos besoins et objectifs, pour y associer les ressources adéquates. Le niveau de ressources à monopoliser ou à constituer dépend de la situation de chacun, et justifiera ou non de solliciter un conseiller.

Alors à compter de quel moment peut-on espérer obtenir une aide efficace d’un conseiller en gestion de patrimoine ?

Evaluer ses besoins

Qu’il s’agisse de fiscalité, d’immobilier, de retraite, de succession, d’assurance ou de placement financier, le conseiller en gestion privée aborde tous les aspects relatifs au patrimoine. En amont d’un entretien avec un CGP, il est nécessaire de réfléchir autour des axes sur lesquels vous avez besoin d’aide et de temps :

  • Comment structurer mon patrimoine financier pour augmenter sa rentabilité?
  • Ai-je besoin d’un complément de revenus ?
  • Comment optimiser ma fiscalité ?
  • Qui souhaitons-nous protéger ?

Si une ou plusieurs problématiques demandent réflexion, un entretien avec un CGP est pertinent dès lors que les moyens d’y répondre existent.

Quels moyens sont nécessaires pour travailler avec un CGP ?

Plusieurs cas de figures limitent le champ d’intervention d’un conseiller en gestion privée :

  • Capacité d’épargne nulle : dans la configuration actuelle, il vous est impossible de mettre de l’argent de côté régulièrement,
  • Patrimoine financier égal ou inférieur à votre matelas de liquidités: vos actifs financiers ne peuvent être investis car ils constituent une réserve en cas d’imprévu,
  • Capacité d’endettement nulle : vos charges d’emprunt ou de loyer dépassent un tiers de vos revenus et vous empêchent d’investir par la dette,
  • Projet d’acquisition à venir : vous allez acquérir une résidence principale à court terme et vous avez une fourchette de budget trop large pour vous engager sur un investissement par ailleurs,
  • Evolution de la situation personnelle ou professionnelle : divorce, changement de travail, arrivée d’un enfant, etc., sont des événements qui demandent un temps d’adaptation.

Ces obstacles ne sont pas incontournables dès lors qu’ils n’arrivent pas au même moment. Par exemple :

  • Si le patrimoine financier est uniquement composé d’un matelas de liquidités, il sera tout de même possible d’agir avec une capacité d’épargne régulière,
  • L’acquisition d’une résidence principale à court terme n’empêchera pas de travailler sur les actifs financiers dédiés au long terme,
  • Un changement d’emploi rendra l’endettement compliqué mais ne sera pas un obstacle au travail sur votre patrimoine financier.

En définitive, trois outils sont nécessaires pour travailler avec un CGP : un capital exceptionnel à investir, une capacité d’épargne ou un patrimoine existant au-delà de son matelas de liquidités.

Pour chacun de ses outils, l’ordre de grandeur à partir duquel il est intéressant de travailler est le suivant : votre matelas de liquidités. Par exemple, si vous souhaitez conserver 50 000€ de liquidités sur des comptes et livrets très disponibles, il sera intéressant de voir un CGP :

  • Si vous bénéficiez d’un capital exceptionnel à investir supérieur ou égal à 50 000€
  • Si vous souhaitez optimiser une partie du patrimoine supérieure ou égale à 50 000€
  • Si vous bénéficiez d’une capacité d’épargne régulière permettant de constituer à terme un capital de 50 000€ (200€/mois placés sur 15 ou 20 ans par exemple)

Si vous avez un doute quant à l’utilité d’un conseiller pour développer votre patrimoine, la meilleure solution reste d’en contacter un. Il saura vous dire s’il est opportun d’attendre ou d’agir, et autour de quel(s) axe(s). Il sera très rare qu’un premier contact de ce type vous engage d’un point de vue financier ou moral, autant bénéficier d’une vision extérieure !

Grégoire Charvériat


Développer son patrimoine grâce à une séance de conseil


Mentions Légales  - ©2018 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?