Quels placements choisir pour ma retraite ?

Investir judicieusement pour sa retraite ne se fait pas en une fois, à court terme et sur un seul type de placement. En effet, une bonne retraite se divise en deux parties :

  • Des sources de revenus complémentaires.
  • Des capitaux à dépenser.

Tout naturellement, les placements à objectif « retraite » doivent être répartis dans ses deux catégories, la vraie question étant par la suite quels placements sont les plus opportuns au regard de votre situation ?

Les sources de revenus complémentaires

On estime qu’aujourd’hui un cadre français conservera de 30 à 50% de ses revenus lors de son départ en retraite, via les régimes de base et complémentaires (Agirc, Arcco). Toute personne devrait donc normalement investir pour récupérer cette perte et éviter d’amputer son niveau de vie drastiquement.

Il faut donc trouver des sources de revenus complémentaires, il en existe de deux types :

  • Les revenus fonciers.
  • Les rentes.

Les revenus fonciers représentent la meilleure partie du complément de revenus pour votre retraite, il faut donc investir dans l’immobilier, si possible en diversifiant vos placements. Certains sous-jacents seront plus efficaces que d’autres pour générer du revenu. Les SCPI de rendement par exemple peuvent historiquement générer un revenu complémentaire situé entre 4.5% et 6%, où un Pinel classique ne dépassera que rarement les 3%.

Les rentes proviennent majoritairement de placements financiers. Il existe des placements centrés autour de la perception d’une rente complémentaire qui, en contrepartie, ne sont pas liquides (sauf exceptions particulières). On citera ici le PERP, le Madelin, le PERCO.

Il existe ensuite le cas particulier de l’assurance-vie qui peut faire bénéficier son souscripteur d’une rente viagère tout en lui garantissant une liquidité correcte. Dans cette section, il faut parler du cas particulier des « variable annuities » qui proposent une rente garantie à vie, dont le montant variera suivant l’âge du souscripteur au moment de l’ouverture de l’assurance, ainsi que l’âge auquel il souhaite percevoir sa rente.

Enfin, un cas très particulier est celui du viager où votre résidence principale peut, à terme, devenir un placement générateur d’une rente de retraite. A noter que cette formule n’est pas plébiscitée.

Les placements de capitalisation

Dans un second temps, il faut investir dans des placements où les intérêts générés seront capitalisés pour, à terme, bénéficier d’un pécule à dépenser ou à laisser fructifier pour le transmettre.

A noter quand même que ses placements peuvent aussi constituer une source de revenus faiblement fiscalisés via le système des « rachats partiels programmés ».

Les meilleurs placements dans cette catégorie restent ceux dont la fiscalité, lorsque vous déciderez de retirer vos fonds pour en profiter, est la plus avantageuse. A ce niveau, il y en a trois qui sont indispensables.

L’assurance-vie qui, en plus de vous allouer la possibilité d’une rente viagère, est aussi un placement qui génère un capital progressivement dont une partie au moins bénéficie d’une garantie (le Fond Euro).La fiscalité en cas de sortie en capital, au bout de huit ans, est un prélèvement forfaitaire libératoire de 7.5%*.

Le Plan Epargne Actions (PEA) qui permet de capter les performances des marchés financiers européens et qui peut également, dans le cas du PEA de capitalisation, être générateur d’une rente.

Il bénéficie d’une très bonne fiscalité en cas de sortie car, au bout de cinq ans de détention, la plus-value sera nette d’impôt*.

Le Plan Epargne Entreprise (PEE), placement d’autant plus important dans une stratégie de capitalisation à long terme qu’il implique votre entreprise dans la préparation de votre retraite. Effectivement, vous pouvez bénéficier ici d’un abondement de votre employeur en plus de vos versements, ainsi que d’une sélection de fonds communs de placement dédiés. La fiscalité à la sortie est ici la meilleure puisque, peu importe la durée de détention, la plus-value récupérée est exonérée d’imposition*.

*Attention, même en cas d’exonération fiscale, vous devrez toujours vous acquitter des 15.5% de prélèvements sociaux !

Une bonne retraite nécessite donc de compartimenter son patrimoine au cours de sa vie active.

Un compartiment immobilier important qui vous procurera des revenus fonciers.

Un compartiment de placements financiers qui viendront greffer des rentes complémentaires sur vos revenus immobiliers.

Un compartiment qui génèrera un capital disponible à dépenser ou faire fructifier.

Mathias François-Dourthe

New Call-to-action

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2018 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?