Réduire sa fiscalité

Réduire sa fiscalité - Introduction

Mettre en œuvre une optimisation fiscale implique d’utiliser les dispositifs offerts par le législateur afin de réduire son imposition sans enfreindre les lois fiscales mises en vigueur par le gouvernement.

S’il semble évident que cette démarche est un enjeu majeur de la gestion de patrimoine, elle n’en demeure pas moins un domaine relativement opaque pour lequel être bien informé et bien conseillé est indispensable. Une optimisation fiscale réussie passe nécessairement par plusieurs éléments :

  • ✓ Faire un bilan précis de sa situation fiscale
  • ✓ Connaître sa tranche d’imposition et les avantages fiscaux envisageables
  • ✓ Mettre en place une stratégie de déduction fiscale
  • ✓ Se tenir informé des évolutions légales

Il faut aussi savoir qu’une optimisation fiscale réussie ne passe pas forcément par la défiscalisation, qui peut potentiellement, en fonction des cas, avoir un coût et un risque élevés.

Penchons-nous sur les quatre principaux leviers qui vous permettront d’optimiser votre fiscalité.

Voici les 4 principaux leviers pour optimiser votre fisaclité

1. Investir dans l’immobilier

a) Loi Censi Bouvard

La loi Censi Bouvard concerne la location en meublé non professionnelle. Elle permet d’investir dans des résidences de services neuves, ou rénovées, pour profiter d’une défiscalisation et d’une réduction d’impôt.

Cette réduction d’impôt est réservée aux contribuables ayant ce statut de loueur en meublé non professionnel. Elle est calculée sur le prix de revient du logement, travaux compris pour les logements ayant fait l’objet de travaux de rénovation.

a) L’investissement en loi Pinel

Il permet de déduire fiscalement une quotité de la valeur d’achat du bien immobilier neuf chaque année.

C’est un dispositif étalé sur 6, 9 ou 12 ans qui permet aux particuliers d’investir dans l’immobilier tout en réduisant leur impôt sur le revenu.

Il faut néanmoins accepter un certain nombre de contraintes. Il y a par exemple un plafonnement des loyers suivant la localisation du bien immobilier. Certaines villes et agglomérations ont des prix au m² plus élevés en raison d’une demande locative plus importante. Il existe donc un « zonage Pinel » pour déterminer ce plafonnement.

c) Investissement en loi Malraux

Il s’agit là d’une autre solution, à condition que le bien soit localisé dans une zone qui présente un caractère historique, esthétique, ou de nature à justifier une conservation et restauration (par exemple, le centre historique d’une ville).

L’investissement « Malraux » peut aujourd’hui être considéré comme une bonne solution, tant sur le court terme grâce à l’avantage fiscal, que sur le long terme via le potentiel de plus-value intéressant en cas de revente.

Ces trois lois sont à considérer. De manière plus générale, il est important de savoir déterminer sa fiscalité sur la plus-value immobilière.

2. Investir dans une PME

Grâce à la loi Madelin, la réduction de la fiscalité peut aussi passer par l’investissement dans les PME. Cette loi propose de souscrire au capital d’une PME afin de permettre un allègement fiscal. Elle permet une réduction d’impôts pouvant aller jusqu’à 18% du montant investi.

3. L’acquisition d’actions

Le PEA (Plan d’Epargne en Actions) et le PEA-PME (PEA dédié aux PME donnant la possibilité d’investir sur des petites et moyennes valeurs) permettent d’acquérir un portefeuille d’actions d’entreprises européennes tout en bénéficiant sous conditions d’une exonération d’impôt.

4. L’assurance-vie

Le contrat d’assurance-vie est l’exemple même du contrat d’assurance : il prend fin au décès de l’assuré par le paiement d’un capital aux bénéficiaires désignés. C’est un produit d’épargne ouvert à tous dont le but est d’épargner pour valoriser ou obtenir un capital, afin de réaliser un projet ou préparer la transmission de son patrimoine.

Les contrats d’assurance-vie font aujourd’hui l’objet d’une fiscalité attrayante : exonération des plus values réalisées dans la majorité des cas après 8 ans, exonération des plus values réalisées lors des arbitrages, fiscalité privilégiée sur les retraits partiels, exonération de droits de succession…

Conclusion

Gardons toujours à l’esprit les deux principales règles concernant la fiscalité :

Première règle: Si la fiscalité est un critère à ne pas négliger dans le choix de la réalisation ou non d’une opération. Elle ne doit pas être considérée comme une matière figée, mais évolutive. Les règles fiscales peuvent changer, votre situation personnelle aussi.

Seconde règle: Selon les cas, il vaut parfois mieux ne pas bénéficier d’une défiscalisation qui peut paradoxalement avoir un coût élevé, et donc ne pas contribuer à votre optimisation fiscale.

L’optimisation de la fiscalité est un sujet délicat. Il semble évident que l’information pure ne suffit pas, et qu’il faut souvent avoir recours à un suivi personnalisé pour actionner ces leviers de la meilleure des manières.

Prendre un rendez-vous téléphonique avec un expert

Nos articles sur comment réduire sa fisclalité

Comment optimiser la fiscalité de mes revenus fonciers ?

DÉCOUVRIR ›

transfert assurance vie
Comment défiscaliser en 8 étapes

DÉCOUVRIR ›

fiscalité stock options
Fiscalité actions gratuites : tout comprendre

DÉCOUVRIR ›

Mentions Légales  - ©2017 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?