taux credit immobilier

Les taux d’intérêts ne sont pas fixes et varient dans le temps, à la baisse ou à la hausse.
Depuis quelques années, c’est une chute rapide des taux d’intérêts que l’on constate, ce qui constitue une chance pour les nouveaux acquéreurs mais peut faire grincer les dents de ceux qui ont souscrits leur prêt alors que les taux étaient bien plus élevés.

Il est possible dans ce cas de figure, de renégocier le taux de son crédit immobilier.
Dans quels cas la démarche est-elle intéressante ? A qui s’adresser ? Comment s’y prendre ? On vous dit tout !

Dans quels cas renégocier le taux de son crédit immobilier ?

Lorsque les taux actuels sont inférieurs aux taux actifs lors de la signature de son emprunt immobilier, renégocier celui-ci permet de réduire le montant de ses mensualités pour la durée du remboursement ou de réduire la durée du remboursement elle-même, tout en conservant les mêmes mensualités.

Dans un cas comme dans l’autre, l’opération vise à réduire le coût de son prêt.

Avant de renégocier son prêt, il convient de s’interroger sur la rentabilité de l’opération.
Pour que celles-ci soit intéressante, plusieurs conditions sont à étudier :

  • On s’accorde à reconnaître que l’écart entre la taux d’intérêt d’origine et celui actuel doit être d’1 point minimum.
    Pour exemple, les taux moyens des prêts ont baissé de 0,97 dans l’ancien et de 0,92 dans le neuf entre décembre 2013 et mars 2015.
  • Un capital restant dû doit être supérieur à 50 000 € voire 70 000 €.
  • La renégociation doit intervenir dans les premières années suivant la signature du prêt.

En effet, au début du prêt, on rembourse essentiellement les intérêts et plus le temps passe, plus la part du remboursement concerne le capital. Alors autant agir rapidement afin de tirer le meilleur parti du refinancement.

Par ailleurs, le remboursement anticipé engendre des frais, qui vont jouer sur la rentabilité de l’opération.

Renégocier le taux de son prêt : comment s’y prendre ?

Il convient en premier lieu d’aller voir l’établissement financier dans lequel l’emprunt a été contracté. A noter que la plupart des établissements financiers sont réticents à ce genre d’opération, ce qui peut contraindre à aller pousser la porte de la concurrence pour obtenir alors le rachat de son crédit immobilier à un taux plus intéressant.

Frais de négociation


En cas d’acceptation de l‘opération, il conviendra de na pas négliger les frais de dossier, de l’ordre de 1% du montant emprunté.
La plupart des contrats de prêt prévoient également des pénalités de remboursement anticipé, elles sont limitées par la loi à 3% du capital restant dû, plafonnées à 6 mois d’intérêts mais restent non négligeables.
En outre, la banque facture généralement des frais liés à la garantie de couverture du nouveau prêt.
On estime que les frais liés à une renégociation du crédit peuvent donc varier entre 3% et 4,5% du montant emprunté. Ces sommes viendront naturellement peser sur la rentabilité globale de l’opération.

Renégocier le taux de son prêt d’intérêt est une opération qui semble séduisante mais qui peut décevoir au final. Il convient de calculer avec précision la rentabilité de l’opération et de ne pas négliger la piste du rachat de son crédit immobilier, qui peut s’avérer également une bonne solution pour bénéficier de la baisse des taux d’intérêts.

Eric Sabrié

Eric Sabrié, Auteur de l’article

Contacter l'auteur de l'article - Eric Sabrié

CTA Guide pratique : pourquoi se faire conseiller par un professionnel du patrimoine

SOURCES :

Patrimoine immobilier : Saurez-vous en éviter les pièges ?

Partager ce contenu

FacebookTwitterLinkedIn

Mentions Légales  - ©2018 Création de Markentive

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?